mobilité paris

La transformation de la mobilité urbaine et les VTC

La ville change en même temps que ses habitants et que leurs usages, leurs habitudes de consommation et de mobilité.

À l’horizon 2025, Paris sera transfigurée grâce au Grand Paris et aux nouvelles infrastructures de transport qui vont être mises en place pour améliorer la circulation au sein de la métropole.

Ces efforts faits pour améliorer le parc urbain ne sont pas anodins, ils témoignent d’un réel besoin de mobilité de la part des habitants.

Ce besoin se traduit également depuis quelques années par la démocratisation de l’auto-partage et de la réservation de chauffeurs via les applications de VTC.

 

Le changement de mentalité par rapport au véhicule personnel

De plus en plus de jeunes citadins n’ envisagent pas d’acheter un véhicule avant longtemps. Ils n’en feront l’acquisition que “lorsqu’ils en auront vraiment besoin”.

En effet, la mentalité des citadins sur la voiture individuelle évolue peu à peu. Auparavant signe de richesse extérieur, d’émancipation et d’autonomie, la voiture personnelle est depuis quelques années reléguée à un usage purement pratique.

On sait qu’une voiture personnelle est en stationnement 95% du temps, et au vu des prix prohibitifs du stationnement et de l’essence, les citadins se tournent aujourd’hui de plus en plus vers des solutions de mobilité alternatives.

 

L’intermodalité comme modèle en plein développement

Pour se déplacer ou pour se rendre sur son lieu de travail, il n’est pas rare de choisir d’emprunter plusieurs modes de transports : par exemple un train pour se rendre dans la capitale, puis un bus et enfin un trajet à pieds. Les options sont infinies, et les applications de VTC ont bien évidemment leur rôle à jouer dans cette logique de “redistribution des kilomètres” du transports quotidien. C’est d’ailleurs pour répondre à ce besoin que SnapCar a créé un partenariat avec la SNCF pour permettre à des gens qui souhaitent être pris en charge après leur voyage en train de réserver facilement un chauffeur VTC pour le dernier segment de leur déplacement.

 

L’essor du on demand

Les usages dans le transport tendent naturellement vers plus de services, plus de flexibilité, plus d’indépendance. En témoignent la multiplication des applications qui permettent, soit d’ajouter un service complémentaire à un service existant (La RATP qui propose des applications pour mieux s’orienter dans le métro, l’application city mapper etc. ), soit de créer un nouveau service pour combler un besoin qui n’est pas encore résolu  : les nombreuses applications de VTC.

 

Chaque individu veut pouvoir se déplacer facilement, dans des conditions de temps, de prix et de confort acceptables. On remarque par exemple que les horaires d’ouverture des services de transport public ne permettent pas toujours de rejoindre les aéroports tôt le matin, ou de rentrer tard la nuit.

Ainsi, de plus en plus de personnes souhaitent s’émanciper des horaires des bus ou des trains et bénéficier de transports “on demand”.

 

Le smartphone, un outil de mobilité au même titre que la voiture

On le voit, l’apparition des smartphones et des services à la demande ont permis de créer une offre de transport “ à la carte”. Mais ils ont permis également à des individus qui n’avaient pas ou peu accès aux services de mobilité de se déplacer plus facilement. Parmis eux on trouve ceux qui n’ont pas de permis de conduire, les jeunes, et les personnes isolées des réseaux de transports en commun.

 

Les application de réservation de chauffeurs VTC permettent ainsi à de nombreuses catégories de réaliser des trajets qu’ils ne pouvaient pas faire auparavant.

 

Une meilleure mobilité n’est pas un problème d’infrastructure, mais d’organisation

 

Le défi de la mobilité de demain ne s’articule pas autour des véhicules ou des infrastructures spécifiques, car une augmentation du nombre de véhicules dans le parc urbain ne ferait qu’accroître l’empreinte écologique, les émissions de Co2 et la congestion de la ville, mais plutôt autour des usages de ces infrastructures, via, par exemple, les services d’intermédiation tels que l’auto-partage et les VTC.

 

Ainsi un concept, le “ mobility as a service “, a été présenté à quelques 200 représentants de grandes-villes par un institut de recherche Finlandais nommé l’ITS ( Intelligent Transport System). C’est un abonnement permettant d’accéder, via une application unique, aux transports publics, aux taxis, aux services de VTC et même à la location de voiture ou aux voyages longue distance en train. Nous dirigeons-nous dans quelques années en France vers ce type de pratiques favorisant la mobilité et l’accès à de nombreux services via une interface unique ? L’avenir nous le dira.

 

De plus, l’exploitation des nombreuses données du Big Data issues des transports publics, des applications de GPS telles que Waze et des entreprises qui gèrent des parcs de véhicules électriques par exemple, permettront de répondre efficacement à une demande de mobilité grandissante tout en décongestionnant la ville et en respectant l’environnement.

Un commentaire

  1. Article très interessant, qui retrace bien le changement des habitudes des gens face aux transports mis à leur dispositions. De nouvelles applications voient le jour à vitesse grand V, donnant place à de nouvelles opportunités de marché pour les investisseurs, cela donne le vertige…

Les commentaires ne sont pas permis.

Next ArticleSnapCar office - épisode 1