Photographe VTC

Instants de vie en VTC – Numéro 3

Retour d’Ukraine

Je suis toujours fascinée par la capacité de l’homme à s’adapter à toutes circonstances. La mienne en l’occurrence est érigée en mode de vie. Il y a quelques heures seulement, j’arpentais le front ukrainien, casquée, protégée par un gilet pare-balles raide, frontière inconfortable entre mon cœur qui battait la chamade et les possibles voleurs de vie, lâches assassins armés, cachés je ne savais où.

Me voilà lovée sur la banquette en cuir de ma voiture avec chauffeur. Comme si c’était normal. Roissy Charles de Gaulle. Un pouce sur mon application Snapcar. Le temps de fumer une cigarette, bouffée de transition si brève entre la guerre à laquelle j’échappais et ma vie ici vers laquelle je retournais. Bernard arrive. S’arrête devant moi. Sort de sa berline noire luxueuse. Me sourit. M’ouvre la porte. Charge mon sac. Me propose une bouteille d’eau. Des bonbons. Me laisse le choix du silence ou de la radio. Musique ou info. S’assure de mon confort. Se tait.

Je lui raconte Donesk, la vie de tous les jours, quand la guerre rôde, tourne autour de toutes les portes… Je suis encore dedans. Cet état transitoire, lourd mais indispensable, ne devrait pas durer. Je connais le processus par cœur.

Grand reporter à la télévision, habituée à couvrir les conflits, raconter la misère du monde, ballotée d’un bout à l’autre de la planète furieuse, je me sens bien. Ici, dans l’habitacle confortable de mon « VTC » comme ils disent, j’apprécie. La transition s’opère en douceur. Je profite de ce havre de paix et de confort.

Maintenant, ça ne me pose aucun problème… Merci Bernard !

 

par Anne-Claire Rolland

Next ArticleComment nous recrutons nos chauffeurs chez SnapCar