aéroport

Comment je n’ai pas raté ma réunion

Je me répète le discours mentalement, encore une fois.

En arrivant :  surtout ne pas oublier les phrases d’usage, les remerciements, le sourire et la poignée de main assurée.

Je ne m’en étais pas vraiment aperçue, mais l’avion à déjà atterri.

L’hôtesse m’indique poliment la sortie la plus proche.

Je ne peux m’empêcher d’imaginer la tête de mon patron demain, quand je lui dirais que j’ai réussi à signer le partenariat.

Pendant que je marche dans le couloir de transfert vers l’aéroport d’Orly, je savoure ma future réussite.

Ce sera un succès, il ne peut pas en être autrement, j’ai trop travaillé pour ça.

J’aperçois le carrousel à bagages, mais aucune trace de mon attaché-case.

Un coup d’œil à ma montre, il est 10h30.

Il me reste une heure pour me rendre au point de rendez vous.

Pour être sûre d’arriver à temps, j’ai effectué une commande à l’avance pour un chauffeur privé, car je me doutais que les taxis à Orly allaient être pris d’assaut.

Mon chauffeur m’attend pour 10h45 près de la sortie du terminal ouest.

Non.

Non pas celle là.

Mauvaise couleur.

Le problème avec les bagages d’affaires, c’est qu’ils se ressemblent tous.

Seul ce qu’ils contiennent peut faire la différence lors d’une réunion.

Ma réunion d’ailleurs, si ça continue comme ça je vais la rater.

Je reçois un texto, c’est le chauffeur SnapCar que j’ai réservé.

Il me prévient qu’il vient d’arriver et m’indique où il est garé.

Il est déjà 10h55 et je commence à paniquer.

J’appelle mon chauffeur en lui expliquant la situation, et il accepte de m’attendre.

Le mouvement du tapis roulant me donne un peu le tournis.

Si j’arrive en retard à la réunion, je peux dire au revoir au partenariat et du même coup à mon avenir dans la boite.

Je n’aurai plus qu’à me reconvertir en commerciale pour produits de beauté ou quelque chose comme ça.

Mon bagage !

Vite, je cours comme une folle dans le terminal.

Mon chauffeur particulier m’attend dans sa berline.

Je monte à bord et nous partons immédiatement de l’aéroport d’Orly.

Merci SnapCar, grâce à toi, j’arriverai peut-être à l’heure !

 

Next ArticleLe métier de superviseur back-office